06 December 2011

Au delà du Communautaire: un Front de Défense des Flamands


La Belgique est malade. Personne ne peut plus le contester. De crisette en crise, de négociations de pacotille en accords bancals, il ne faut pas être très futé pour constater le gouffre qui sépare nos classes politiques.

Notez que je ne dis pas nos électorats!

Car qui peut dire "j'ai rencontré un flamand et on n'avait rien à se dire"? Qui n'a pas des collègues dans l'autre communauté avec qui tout se passe bien? Combien de familles n'ont pas des ramifications des deux côtés de cette barrière linguistique artificielle?
Je suis francophone et je bosse avec des flamands. Je fais la fête à Hasselt avec des flamands. Je discute sur twitter avec des flamands. Je navigue et fais des courses à la voile avec des flamands. Et on a plein de choses en commun.
Un pays parfois gris mais joyeux, une bonhommie, un humour décapant, des frites et du surréalisme, les Too-many DJs, un microcosme culturel délicieux! On se marre et on s'entend bien!

Le problème vient à mon sens d'une déviance de nos classes politiques.

Celle du Nord est en compétition permanente avec elle même dans une surenchère morbide pour décider qui est le flamand le plus pur.
Ils façonnent par là une opinion publique à qui ils font avaler que le wallon est fainéant et que l'autre est la source de tout mal.
Ils entretiennent des stéréotypes coupables et pêchent par démagogie et mensonges éhontés.
Débordés sans cesse sur la droite ils se radicalisent et entrainent avec eux un peuple méritoire mais, comme beaucoup, en perte de repères dans un monde qui change et devient de plus en plus instable.
Quand les quatre partis principaux en sont à retirer aux gens leurs droits fondamentaux on ne peut que conclure qu'il n'y a plus de formations politiques démocrates en flandres!

Celle du Sud est elle dans un marasme profond.
Sur des airs de "tout va bien", "les fondamentaux sont bons" et "la classe politique flamande ne nous veut pas de mal" elle endort son électorat.
Elle n'a pas d'autre projet que de rester en place, pas d'autre ambition que d'être réélue.
Des décennies sans progrès social notable!
Au contraire, la pauvreté augmente, le chômage aussi. Or la gauche n'est elle pas censée combattre la pauvreté? Que fait-elle?!?
Mais las... On entretient des outils économiques hors de prix. On saupoudre d'aides des secteurs non porteurs. On gaspille. On détourne des fonds publics. On perd son temps. On nivelle par le bas.

De cette sombre dualité est sortie pour moi récemment une étincelle salvatrice; sous la forme d'une élue Open-VLD qui dénonçait la classe politique dont elle fait partie dans une interview intitulée "Ils agissent dans la peur". (Le Vif - L'Express, 4 Octobre 2010 )

Elle y disait notamment :
"J'ai plus de compréhension et de sympathie pour le principe du droit des personnes que du droit du sol."

Et concluait en disant des politiques flamands :
"Ils agissent dans la peur, mais c'est de leur faute ! Ils ont appris à leurs électeurs à être de bons Flamands, et ils sont devenus prisonniers de leur rhétorique. Nous avons un besoin urgent d'hommes et de femmes politiques qui fassent preuve d'ouverture et se débarrassent des frustrations du passé !"

Fulgurant ! La prochaine statue qu'on érigera à Bruxelles ce sera elle ou personne. Je n'avais rien lu de plus puissant depuis longtemps. C'est du Spaak! Du discours de femme d'état! Parce que nous n'en avons plus des hommes d'état. Fini ce temps des visionnaires qui nous emmènent au delà des problèmes vers une vision porteuse d'un avenir réel.

Je vous propose de la prendre au mot! Je vous propose de faire précisément ce qu'elle vient de nous dire.

Je lance donc un appel à mes amis flamands ... et au FDF.

Ce dernier est souvent dépeint en flandre comme un parti communautariste. C'est un peu faux mais cela ne s'exprime pas dans les faits. Le FDF défend les droits des francophones car ceux-ci sont attaqués par diverses réglementations restrictives. Il est diabolisé à tort par la classe politique du Nord car il s'oppose à leurs projets. Il a raison de le faire!
Il défend des valeurs, dont une primordiale : le respect des gens!
C'est le seul parti qui n'a pas voulu abandonner les droits des francophones en l'échange d'un poste de ministre. C'est un parti qui a l'habitude de gérer des communes à haut potentiel de friction communautaire mais dont le président est malgré tout nommé meilleur bourgmestre francophone par des... flamands.

Le flamand, la femme et l'homme comme la langue, ont tout autant le droit d'être défendus. Il sont en ce moment attaqués par une classe politique irresponsable qui prone la division au lieu du rassemblement,  l'isolement au lieu de l'ouverture.

Ce n'est pas une fatalité !

J'exhorte mes amis et compatriotes flamands à appeller le FDF pour que celui-ci crée des sections du FDF en flandre afin d'y défendre les droits des flamands, menacés d'isolement communautaire, mais aussi menacés de paupérisation par enlisement et, encore pire, en cas de scission.

J'exhorte le FDF à les accueillir et à se transformer en un appareil bilingue national de défense des droits de tous face aux attaques dont ils sont victimes. Sur le plan social, sur le plan linguistique, sur le plan économique!

J'appelle de mes voeux cette évolution de cette formation politique: Un Front des Démocrates Fédéralistes.
Un parti national uni qui serait la preuve qu'il existe en Belgique des femmes et des hommes de bonne volonté qui veulent s'unir pour que chacun soit respecté dans sa langue; pour que l'on dépasse le conflit linguistique et que l'on travaille ensemble à relancer le pays et estomper les conséquences de la crise économique et ses implications sociales.

Une alternative à la logique qui enferme, casse et sépare.

Un front des flamands et des francophones qui veulent que leurs communautés se respectent et travaillent ensemble à une Belgique meilleure pour tous!


Merci de faire circuler ce texte en partageant via les boutons ci-dessous.

2 comments:

  1. mr Maingain est le bourgmestre bruxellois le mieux côté...

    "Notons que l’opposition, flamande notamment, confirme qu’Olivier Maingain fait tout ce qu’il peut pour être agréable aux habitants néerlandophones de Woluwe-Saint-Lambert. Assurément un exemple à suivre pour certaines communes flamandes de la périphérie bruxelloise à l’égard de leurs habitants francophones…"

    http://maingain.be/spip.php?article143

    Oui au Front des Démocrates Fédéralistes

    ReplyDelete
  2. Merci Nicolas, c'est un point important.

    ReplyDelete