08 January 2013

Entrepreneur: Aide toi et l'état te tuera



En Belgique 80% de l'emploi privé est dans les PME; 

Les grandes entreprises, choyées par le gouvernement, niches fiscalisées, hautement subsidiées en certificats verts ou autres ne représentent qu'une toute petite partie de notre économie. Seul un patron sur 20 est un grand patron. Les 19 autres, beaucoup moins médiatisés pourtant, sont ceux qui font réellement tourner le pays. 
Les plus petites structures sont aussi probablement la seule façon de développer des emplois non subsidiés durables. 

Ces structures qui devraient être l'objet de toutes les attentions, voici comment on les traite : l'expérience de mon ami Antoine Bini, patron de La Cour Saint-Jean à Liège. Le texte ci-dessous est de lui et relate sa dernière expérience. Ce n'est malheureusement pas la seule mésaventure du genre qu'il a pu connaître, ni une exception dans la vie d'un indépendant, mais elle est révélatrice d'une réelle déconnexion entre la réalité et l'appareil de l'état. On tue les entrepreneurs à coups de règlements ineptes, taxes ahurissantes et autres impôts à plus de 309%.

La Meuse d'aujourd'hui publiait un article sur le nombre record de faillites à Liège. Après avoir lu ceci, vous ne vous demanderez plus pourquoi. Entre un ami qui doit arrêter de faire payer ses concerts parce que la SABAM lui réclamait plus que son cachet pour jouer ses compos perso et les mille autres exemples du genre... Edifiant, mais outrant surtout. On voudrait fabriquer des chomeurs qu'on ne ferait pas autrement. 


Au secours! 


Le texte d'Antoine:


En 2008, Les Trois Rivières (un café fête Liégeois, ndm) se font contrôler par la ministère de l'intérieur. Ce bar avait à l'époque des portiers qui ne disposaient pas de ce statut.

A cette occasion nous découvrons qu'en tant que patron de café nous devons disposer d'un agrément ministériel, éventuellement consenti après 3 mois de formation à Marchienne-Au-Pont, un mémoire de fin de formation, et plein de choses très utiles au patron de Group4, moins à un pauvre patron de bistrot et son unique portier.

(formation à 1200 euros + les trajets)

Nous nous inscrivons à plusieurs patrons, et nous nous retrouvons au milieu de portiers voulant devenir chefs, ou de responsables de la sécurité de grands groupes comme Carrefour...

Pendant cette formation je suis à mon tour contrôlé. La situation est simple : mon portier est bien déclaré comme tel, il est assuré pour 3 millions d'euros de responsabilité civile (comme la loi l'impose), et il dispose de la formation "Loi Tobback". Evidemment, étant en cours de formation, je ne dispose pas encore de mon autorisation de "dirigeant d'agent de sécurité".

La contrôleuse me dit "Vous savez, j'ai fait le droit à Liège, j'ai dansé sur les tables de la cour durant toutes mes études, vous êtes quasiment en règle, je ne vais vous mettre qu'un avertissement."

Le policier Liégeois, plein de principes, insiste pour qu'on me dresse tout de même un procès verbal en signalant qu'il ne les a quand même pas fait venir pour rien...

La gentille fonctionnaire me dresse alors un PV dans lequel elle insiste bien sur la petitesse de l'infraction.

Je réussis les examens et obtiens mon agrément ministériel et le droit de payer une redevance de 750 euros par an au fond des entreprises de gardiennage.

En 2010 je passe au tribunal. Le juge me dit : "Vous savez, j'ai fait le droit à Liège, je connais très bien la cour, j'y ai dansé sur les tables. Je reconnais que les amendes pour ce type d'infractions sont exagérées, d'autant que vous auriez risqué moins au pénal. Mais je n'ai pas envie de m'en occuper, ce jour là vous n'étiez pas en règle, donc je vous condamne à l'amende minimum."

Amende minimum (12500)+ frais de justices adverses + mes frais de justices = 15.600 euros

Puis plus aucune nouvelle à part le jugement... j'attends l'ordre de paiement, pour demander un échelonnement de paiement...

Celui-ci arrive lundi il y a deux semaines, soit 2 ans plus tard... Malgré le fait que ce soit le premier document que je reçoive, le paiement doit être effectué dans les 24h.

Evidemment, puisque deux ans se sont écoulés avant de recevoir le document, ils comptent 2700 euros d'intérêts, non pas depuis le jugement, mais depuis l'infraction.

Alors, au risque d'énerver mes amis du PTB puisque je ne suis qu'un enculé de patron et que je n'ai certainement que ce que je mérite, je ne m'étonne pas du tout du nombre de faillites dans ce pays...

Entreprends, travaille, et on te détruira.



Un petit verre calme à la Cour :)
( Je précise que la décision du tribunal est sans appel possible hors cassation. Pour gagner 15.000€, il faut plus ou moins servir 40.000 bières. Soit Plus de 200 fûts... Santé... )

10 comments:

  1. comment partager sur FB ?

    ReplyDelete
    Replies
    1. Il y a un bouton bleu "Share" juste au dessus des commentaires, à droite du bouton bleu ciel "Tweet".

      Sinon le lien suivant devrait fonctionner : http://www.facebook.com/sharer/sharer.php?u=http%3A%2F%2Fshar.es%2F4hbMY&t=%0AEntrepreneur%3A+Aide+toi+et+l%27%C3%A9tat+te+tuera%0A

      Mille merci pour la lecture et l'intérêt marqué !

      Delete
    2. Il faut faire un copier/coller du lien et le placer dans la barre d'adresse du navigateur

      Delete
  2. Et si on allait boire 40000 bieres chez Bini ?

    ReplyDelete
    Replies
    1. Best comment ever :)

      Francesco, mets un peu une tournée de kriekettes !

      Delete
  3. On pompe l'argent là où "y'en a", là où il y a la plus grande masse de personnes à sucer jusqu'à la moelle: classe moyenne, indépendants...Les autres sont trop peu nombreux, pas assez rentables...ou trop riches et puissants que pour pouvoir se les mettre à dos.
    Et si on ne touche plus assez, on invente de nouvelles lois, nouvelles taxes, nouvelles redevances, nouvelles formations, blahblahblah

    Qu'est-ce qu'ils n'inventeraient pas pour gagner du fric?


    ReplyDelete
  4. Etant petit entrepreneur également je suis tout à fait d'accord avec votre constat comme quoi rien n'est fait pour protéger et aider les petites entreprises.

    Cependant c'était tout de même un peu naif d'attendre en croisant les doigts pendant 2 ans...La consultation d'un avocat aurait été la moindre des choses pour un montant si important.

    En espérant que durant ces 2 années de suspense vous avez pu mettre assez de côté pour régler au minimum le montant sans les intérêts, qui, s'ils ne peuvent être retirés vu cette requête très tardive et plutôt étrange, peuvent probablement être réduits, je vous souhaite bon courage et suis de tout coeur avec vous !

    ReplyDelete
    Replies
    1. Ce n'est pas faux que se renseigner sur le paiement et ces intérêts eut été une bonne idée. Et l'inverse une négligence un peu coupable... Mais je pense que moi aussi j'aurais attendu l'avis. Peut-être pas si longtemps.

      Quoi qu'il en soit exiger des intérêts quand aucun paiement n'a été réclamé c'est gonflé... Mais le système politique belge est comme ça. On y va au culot et comme personne ne bouge, ne rouspète, ne manifeste... on continue...

      Delete
    2. Il n'y avait pas de suspens... le jugement avait été rendu... c'est croire que l'administration de la justice est rapide qui est naif... à partir du moment où je reçois l'ordre paiement deux ans après, il n'est pas normal de comptabiliser des intérêts, ni de demander le paiement en 24h.

      Je ne connais pas grand monde qui téléphone au parquet du procureur pour se plaindre de ne pas recevoir une amende ...

      J'ai bien sur consulté un avocat... les intérêts ne peuvent être réduits...

      Ce qui est choquant dans cette histoire c'est le montant de l'amende au départ. Une amende qui condamnerait un grand nombre de cafés dans le genre... c'est 16700 euros jetés, ce qui représente plus de 32000 euros de revenu avant impôts (sans compter les charges sociales calculées sur ces revenus...), soit plus d'un an de travail pour la plupart des commerces horeca.

      La question est de savoir si c'est vraiment intelligent d'infliger de telles amendes, en sachant que cela ne peut qu'augmenter le nombre de faillites, mettre donc des employés à la rue, et empêcher ou retarder de nouveaux investissements, comme c'est le cas pour moi, et donc la création de nouveaux emplois.

      Vous avez dit contre-productif ?

      A.Bini

      Delete
  5. C'est sûr que ça donne envie de changer nom et de se faire appeler Claudy ;-)

    ReplyDelete