13 May 2014

Ces avions qui survolent la campagne en ne survolant plus la campagne - Rue de La Nnoy

Je lis le billet de Fabrice Grosfilley sur ces avions qui empoisonnent la campagne. (enfin, surtout la ville, pendant la campagne) 
Il y dit « Que le survol de Bruxelles fasse du bruit, bien sûr. » mais « Pas au point de tuer la campagne. "»

Et bien personnellement je trouve que ce dossier ne tue pas la campagne.
Il EST la campagne.

Martine dort mal à cause du plan Wathelet
image de Plan Wathelet - Pas Question
Ce test grandeur nature des réactions de nos élus, bien plus que les tests électoraux en ligne, est un parfait condensé de ce que les partis sont prêts a faire en cas de crise pour sauver leur avenir, ou les citoyens ou les deux.

Je spoile : 
PS: rien qui ne fâche les flamands
CDH: rien qui ne lui fasse perdre la face
MR: tout et son contraire

En effet, plus que les programmes et leur litanie d'intentions ce sont les actes qui dévoilent la véritable ligne d'un parti.

On observe donc grâce à ce dossier complexe ce que les partis valent vraiment au service du citoyen hors rodomontades et promesses électorales. 

Voyez plutôt : 

Le cdh n'écoute personne. Il est tout simplement incapable de se remettre en question et d'avouer ses erreurs. Il serait temps qu'ils se confessent. « confessent » en un mot, je ne parlais pas de Saint-Michel ou du #milquetgate.
Même avec Wathelet pris en flagrant délit de mensonge par le rapport qu’il est censé appliquer il continue à nier.
Il ne met en place aucune concertation avant. Et il n'assure aucun service après-vente autre que le mépris.
L'intérêt des survolés ? "Le plan est bon"

On y voit aussi un PS qui bien qu'à la présidence de la Région Bruxelloise, principale victime de ce plan qui favorise l'oostrand flamand, refuse de prendre ses responsabilités et de gérer la crise, trop tétanisé qu'il est à l'idée de mettre à l'épreuve l'illusoire pacification communautaire dont Di Rupo tente de vendre l'existence.
Le calme qui doit régner au 16 est raison suffisante pour ne pas s'occuper du dossier. Ho on distingue bien des mouvements d'humeur mais quoi de concret ?
Comme lors de la 6ème réforme de l'état, le PS est prêt à tout accepter pour un peu de paix. Il se fait transparent, espérant que l'on oublie qu'il est censé être chef de gouvernement,. 

Vervoort a même décliné (!) l'invitation qui lui était faite d'exprimer l'avis de sa région en fédérant ses communes en une réflexion de groupe !

Le MR a lui toujours autant de mal à trouver une ligne de conduite interne face aux voix dissonantes de ses deux chefs de file. De Wolf demande un moratoire, mais il ne le demande pas à Reynders, qui est pourtant à la table du gouvernement. Incompréhensible. 

On y voit aussi un PTB absent du débat, preuve de son inutilité face aux problèmes économiques et au défi du bien être. Il ne peut pas taper sur un patron et dénoncer un salaire, qu'irait-il faire dans ce débat ? Puis les avions c'est utile pour aller à en pèlerinage à Cuba mais sans plus, c'est pas prolétaire le voyage en avion.

Plein d'enseignements je vous dis. 

Et tout cela grâce à des avions. Ou quand une machine fort bruyante arrive à mieux faire parler les politiques que le presse. 


J’en redemanderais, si ce n'était pas sur le dos des bruxellois survolés. 

No comments:

Post a Comment