24 April 2013

Le Soir au pays des merveilles socialistes


Waterloo, morne plaine
J'ai failli m'étouffer ce matin. J'ai lu l' "édito" de Béatrice Delvaux dans Le Soir de ce jour. (le 24 avril 2013)

Le titre : "La Wallonie a gagné une bataille, pas la guerre"
Dans notre paysage wallon en cours de désertification cette annonce crée l'espoir. On se dit "Tiens? Une lueur au bout du tunnel?" Un indicateur économique se reprend? Le chômage baisse? L'administration se dépolitise?

Que nenni.

S'ensuit un véritable publi-reportage qui présente la wallonie sous un jour dans lequel aucun wallon ne vivant pas dans ses rêves ne peut se reconnaître.

Car si, certes, le wallon est plus conscient aujourd'hui qu'avant la crise institutionnelle de sa capacité à se prendre en main sans la flandre; que ce sera dur mais qu'on pourrait y arriver, le reste de l'article est une ode à l'(in)action gouvernementale wallonne qui aurait pu tout droit sortir, encore une fois, des plumes du Boulevard de l'Empereur.

Sachez que Marcourt l'a dit depuis chicago (sic) ; "il se passe des choses chez nous". Il parlait de Liège-Bastogne-Liège? Non, du tout; je cite: "Un triple phénomène vertueux" - je serais bien heureux qu'un peu de vertu soit entré dans notre bon vieux PS. Depuis le temps qu'il passe d'affaire en affaire on ne saurait que s'en réjouir. Mais encore une fois non, ce n'est pas ça.


On y lit "La dynamique du plan Marshall qui a insufflé un état d’esprit et mis en place une colonne vertébrale de redéploiement économique"

Okéééééé. Relisez la phrase parce que ce n'est pas évident.
Il y a donc une "dynamique du Plan Marshall"

Je cite wikipédia (ok c'est lame mais bon); Le Plan Marshall c'est :
le réaménagement des friches industrielles, la dépollution des terrains pollués et leur valorisation économique (industries lourdes et polluantes) et la mise à disposition de terrains pour de nouvelles zones d'activités économiques (en juin 2009, les ministres wallons de l'Economie et de l'Aménagement du Territoire sont tombés d'accord sur plus de 2700 hectares). De plus, la Région aide les intercommunales pour les aider à construire/aménager les parcs d'activités économiques. Les autres secteurs bénéficiant du plan Marshall sont notamment la logistique, la chimie/pharmacie et les hautes technologies.
Des terrains, des intercommunales et du subside saupoudré.
Ce plan est régulièrement dénoncé comme un pur plan Com, une suite d'effets d'annonce. Le gouvernement lui-même reconnaît face à la commission européenne qu'il s'agit d'"appâter le client", la création d'emploi ne pouvant se faire que par des entreprises privées, il faut donner les conditions de la réussite... Mais le plan malheureusement ne règle aucun problème de compétitivité, n'aborde pas le problème belge de la hauteur de l'impôt, des charges sociales...

Une critique plus éclairée que moi en disait ceci : '
l'auteur "pointe les limites d'une action régionale qui fait penser à une relance à la Keynes qui repose entre autres sur une politique budgétaire (or la Wallonie a des compétences fiscales limitées), et monétaire (or la politique monétaire est du ressort de l'Union européenne).  De plus, selon elle, la Wallonie n'a pas la taille adéquate. Elle rappelle que les pôles de compétitivité sont : la santé, l'aéronautique, l'agroalimentaire, la mécanique et les transports. Elle écrit que l'ensemble du Plan M. « ne manque pas d'allure et il serait malvenu de négliger certains effets structurants des pôles de compétitivité. Mais bien entendu, ils n'ont pas échappé aux comportements lobbyistes, aux équilibrages sous-régionaux, aux positionnements quémandeurs des labos universitaires, et, parfois, à la loi du plus fort. » (p.62).
Et je vous lie aussi le PAN, pour le fun.

Alors elle est en quoi cette colonne vertébrale ? En certificats verts ? En vent d'éolienne ? En allongement de piste d'aéroport ? En mètres carrés de zoning vide ? En promesses d'un avenir meilleur ? En record de nombre de faillites ?

Un plan com et d'aménagement du territoire qui crée une colonne vertébrale, la voilà la nouvelle ! Une vraie avancée dans le secteur médical !

Le deuxième point vertueux selon Béatrice Delvaux c'est, accrochez vous : "Le mental wallon, s’éloignant d’un assistanat jugé atavique, tâtant gaiement d’un certain entrepreneurship, le tout assorti d’une envie de se doter d’outils de progression"

Diantre, l'assistanat c'est mal. Ne dites rien à Claude Emonts. Et nous "tâtons donc d'un certain entrepreneurship"... C'est dommage que les chiffres montrent un déclin net de la création d'entreprises et un nombre record de faillites.

Bordel à la déontologie journalistique. Une éditorialiste écrit noir sur blanc l'inverse de la réalité. En le sachant. Il y a des cartes de presse qui ne méritent pas leur attribution.
Tâtons tous ensemble gaiement...


Aussi grâce à " Erasmus pour les jeunes, stages à l’étranger posthumanités, écoles d’immersion. C’est un grand coup de balai dans la fatalité « wallon, pas mobile, pas bilingue » "
C'est sûr qu'un an de vacances à Barcelone, ça va booster nos scores en néerlandais ! Quand aux écoles d'immersion il doit bien y en avoir une dizaine d'agréées en wallonie... je n'ai pas vérifié mais le dernier document que j'ai downloadé sur le cite de la communauté française citait un nombre du genre.


Dernier point de cet essai et pas le moins comique : "Le turbo des villes : Liège a lancé le mouvement, Namur veut faire pareil, Charleroi bénéficie pour l’instant d’un effet Magnette et d’une communauté d’envies."

Passons sur le choix de l'expression "mettre le turbo" dont la métaphore automobile nous ferait presque oublier la guérilla urbaine que ces villes livrent à l'auto, ce démon qu'elle tentent de chasser de leurs rues et de freiner à tout prix sans avoir mis en place la moindre alternative de mobilité.
On ne compte plus les suppressions de place de parking, les réductions de bandes, les entraves à la circulation... Mais s'il n'est pas automobile, quel est donc ce turbo?

A Liège la majorité vous dira que c'est le tram. Dommage que celui-ci soit tant décrié, basé sur un tracé minimaliste ignorant les quartiers et la rive droite de la meuse (la plus peuplée), mettant le centre en impasse et étant réalisé sans... plan de mobilité. Oui vous avez bien lu. Ce tram n'est d'ailleurs en fait qu'un marchandage pour permettre d'enterrer la liaison autoroutière Cerexhe-Heuse-Beaufays chèrement combattue par les verts. Un petit milliard d'euros pour "mettre le turbo" et aller dans le mur de la mobilité citadine.

A namur vous apprenez donc qu'on "veut faire pareil". Comme ce Mr du MR qui voudrait qu'on cesse de se rassembler dans les espaces publics? Bel élan libertaire...
Vous l'avez senti cet équilibrage purement interne au PS où l'on ne peut mentionner Liège ou Charleroi sans mentionner  "l'autre" et Namur pour ménager les sensibilités?

Et la cerise sur le gâteau : l'effet Magnette !
Alors l'effet Magnette c'est un bazaaar aussi ça tu sais... D'abord le mec te dit qu'il va consacrer "toute son énergie à sa ville" ... "mais dans quelques mois, parce que tu comprends je bosse ailleurs." Puis t'apprends qu'en fait il sera aussi député et président de parti. Parce que bourgmestre, député et président de parti ça laisse plein de temps libre tu comprends, alors autant cumuler ! Et en fait de communauté d'envies, son premier conseil est l'occasion de satisfaire cette envie de 72 iPhones... Un bel élan wallon moi je dis !

Avec des journalistes et des politiques de redressement de cet acabit vous en êtes maintenant tous persuadés. La wallonie a gagné une bataille ! Mais l'info nous fait son Waterloo...

Allez, pour la route :
Image UBUPAN